« La mobilisation exceptionnelle des communes de la Métropole pour le climat »

Cyrille Moreau, Frédéric Sanchez et Guillaume Coutey

Tribune publiée dans Paris Normandie le 20 novembre 2018

 

Aujourd’hui s’ouvre le Congrès des Maires de France, l’occasion pour de nombreux élus d’échanger sur un quotidien toujours passionnant, parfois difficile, au service de nos concitoyens. Les Maires de la Métropole Rouen Normandie y porteront un message : ils s’inscrivent dans une démarche exemplaire en faveur du climat.

Il y a un an, pleinement consciente de l’urgence à agir, la Métropole Rouen Normandie, avec l’appui de ses partenaires, le WWF France et l’ADEME, faisait le choix de transposer à l’échelle locale l’Accord de Paris approuvé par 195 états en décembre 2015. Réchauffement, sècheresses plus longues, phénomènes climatiques extrêmes, inondations, érosion, recul du trait de côte… : la terre, notre bien commun, se modifie à un rythme excessif et les conséquences visibles ou attendues de cette situation dépassent la raison.

La Métropole fixait des orientations fortes – un territoire 100% énergies renouvelables et la rénovation de l’ensemble du parc immobilier en 2050, ce qui veut dire réduction des gaz à effet de serre de 80%, diminution des consommations d’énergie de 50%, multiplication par 2,5% de la production d’énergie renouvelable locale et, d’ici 2030, 45 000 logements rénovés. Elle s’adressait à l’ensemble des acteurs de son éco-système. Nous ne pourrons réussir, disions-nous, qu’avec la mobilisation de tous – entreprises industrielles et de service, communes, associations, citoyens, chercheurs. La Métropole ne peut agir elle-même que sur 15% des émissions de gaz à effet de serre : rassemblons-nous pour bâtir la transition écologique du territoire !

Nous y sommes. Un an plus tard, grâce à la construction de plusieurs coalitions, de multiples groupes de travail, nous avons mis la Métropole en mouvement. 15 000 de nos concitoyens ont été directement touchés par cette dynamique, 5 000 engagements citoyens collectés. 5 entreprises majeures du territoire, dont le Grand Port Maritime de Rouen, se sont déjà engagées proposant un programme d’action ambitieux, près d’une centaine préparent également le leur. Jeudi, nous lancions avec la navigatrice Isabelle Autissier, l’application des solutions écologiques WAG sur notre territoire. Elle fut aussitôt téléchargée plus de 1000 fois dans la Métropole. Le 29 novembre, lors du Forum pour l’Accord de Rouen, nous présenterons le résultat global de cette première année de mobilisation. Il est exceptionnel.

 

1000 engagements des communes pour le climat

 

Un soin tout particulier a été porté à l’action des 71 communes de notre territoire. Nous avons confié à l’un des nôtres, dont la force de conviction et les actions en matière de transition sont déjà reconnues, la mission d’être l’ambassadeur de la COP21 auprès de ses collègues : les maires parlent le même langage. De nombreuses rencontres ont été organisées, dans chaque commune, pour réfléchir au plus près des réalités locales et des caractéristiques urbaines, rurales, paysagères de chacun et identifier des engagements précis et réalisables. Aujourd’hui, toutes les communes de la Métropole sont convaincues par la démarche, la plupart ont délibéré dans leurs conseils municipaux. Le 29 novembre, nous serons en mesure d’annoncer 1000 engagements. C’est un succès.

 

Des actions de toute nature ont été définies sur le terrain en matière de biodiversité (gestion différenciée des espaces verts, chantiers de plantation d’arbres ou de haies, élaboration d’un atlas de la biodiversité communale), d’agriculture durable (sensibilisation au gaspillage alimentaire, davantage de bio et de local dans les menus, soutien aux initiatives d’agriculture urbaine), de mobilité (verdissement progressif des véhicules municipaux, développement des modes doux, réalisation d’un plan de déplacement de l’administration). De nombreuses communes se sont également engagées pour une extinction partielle ou totale de l’éclairage public, le développement des énergies renouvelables, avec des installations solaires sur un ou plusieurs bâtiments publics, la rénovation thermique de plusieurs d’entre eux, associée à un suivi énergétique global des consommations, l’éco labellisation de leurs manifestations etc... Il y aura un avant et un après notre COP21 locale. Mieux, une dizaine de communes ont manifesté leur intérêt pour une labellisation Cit’Ergie, processus exigeant, permettant de mobiliser l’ensemble des services municipaux, en transversalité, autour des enjeux air, énergie, climat. Un chemin que 3 communes du territoire (Malaunay, Petit-Quevilly, Rouen) ont déjà emprunté depuis plusieurs années.

 

La matrice du projet métropolitain

 

Ainsi, à l’action résolue de la Métropole, meilleure intercommunalité française en 2016 et 2018 pour la biodiversité, sur la qualité de l’eau, l’extension des réseaux de chaleur, le développement du solaire photovoltaïque, la mobilité du futur, les pistes cyclables, la transformation de notre agriculture, l’éducation à l’environnement s’ajoutera l’action déterminée de nos communes sur leurs propres champs d’intervention : le fait intercommunal quand il est construit en bonne intelligence avec les communes favorise harmonie, force, efficacité et cohérence.

La démagogie et le court-termisme semblent parfois s’emparer du siècle. Raison de plus pour que chacun de nous citoyen, acteur social, économique agisse dans son périmètre de vie et d’influence. Ici dans la Métropole de Rouen, une société civile citoyenne, politique, économique, culturelle, associative se rassemble pour construire sur le temps long.

Notre histoire industrielle, l’importance des circulations dans notre cœur urbain nous ont donné une conscience aigüe de la nécessité d’agir pour réduire notre empreinte carbone. Parce que nous sommes également un territoire naturel, à l’écosystème fragile, traversé par de multiples paysages et boucles autour de la Seine créant une typologie particulière de vallées et de plateaux, parce que nous aimons notre communauté, première métropole forestière de France et mesurons notre responsabilité à l’égard des générations futures, l’exigence environnementale -priorité mondiale- est devenue la matrice première du projet métropolitain.

 

Guillaume Coutey, Maire de Malaunay, Ambassadeur de la COP 21 auprès des communes

Cyrille Moreau, Vice-Président à l’Environnement de la Métropole Rouen Normandie

Fréderic Sanchez, Président de la Métropole Rouen Normandie